C’est quoi VGP ?

39

En tant qu’utilisateur des engins de manutention, l’on vous conseille de penser à présent à faire le VGP. Ce sigle ne représente rien d’assez complexe. Si vous désirez le comprendre, voici des détails.

Le VGP : généralités

Le VGP désigne la vérification générale périodique. C’est une opération que l’on réalise de temps en temps pour s’assurer du bon état de ses machines. Il suffit d’appeler l’agence de professionnels agréée pour contrôler les dysfonctionnements sur l’engin de levage directement sur le terrain. Ainsi, l’on a les informations sur les potentiels problèmes à venir. Cela permet de prendre les dispositions qui s’imposent. L’on évite du coup les dangers, les problèmes et les incidents lors de la prochaine utilisation.

A lire également : Pourquoi est-ce important de se former aux marchés publics ?

Dans la pratique, la vérification générale périodique est une opération qui permet de connaître les failles de sa machine. Une fois que l’on détecte un problème majeur, il faudrait que l’on passe à la réparation avant un nouvel usage de l’engin. C’est une donnée assez délicate.

Il faut préciser que depuis environ 15 ans, précisément depuis 2004, c’est même devenu une obligation légale. Il faut donc s’y plier avant que les autorités ne décident d’immobiliser l’engin ou d’arrêter tout le chantier ou l’usine.

A découvrir également : Pourquoi rejoindre un espace de coworking ?

Opérations concrètes durant un VGP

La vérification générale périodique est un ensemble d’activité que le mandaté doit réaliser. Il s’agit de contrôler réellement l’existence de potentiels problèmes.

Consignation des données générales

Cette étape de la vérification permet au prestataire de s’assurer d’être authentiquement en face d’un modèle et d’une marque d’engin précis. C’est une sorte de carte d’identité ou de fiche de renseignements généraux sur l’engin. On réussit de cette façon à assimiler la situation de vérification. L’on ne se trompe plus sur les vérifications, les paramètres et les indications à contrôler sur l’outil en question.

Vérification générale

C’est la seconde étape de tout le processus. A ce niveau, l’on vérifie que l’engin est bien en état de continuer à être utilisé. Il est question de faire une sorte de contrôle technique générale. Cela permet de déceler les petits problèmes, les dysfonctionnements. Une fois que cette étape est passée avec succès, l’on peut être en mesure d’établir son budget de potentielles réparations.

Essais

L’expert ou l’agence mandatée a pu vérifier les problèmes, il fait des essais à présent. C’est un moyen de contrôler concrètement les problèmes sur l’engin sur le terrain. Cela lui permet de s’assurer de la bonne marche de tous les différents éléments de l’ensemble technique de l’engin.

Quand effectuer cette opération

Si vous voulez vraiment rester dans les normes établies par les autorités, vous feriez bien de ne pas passer le délai d’un an pour l’organisation ou la tenue de chaque opération de vérification générale périodique. Tout dépend globalement de l’utilisation que vous faites par exemple, de l’engin de levage.

Un outil qui permet de lever des produits quelque peu sensibles est à inspecter tout au moins une fois par semestre. Un outil employé pour le levage d’autres produits connexes peu importants n’a besoin de vérification générale périodique qu’une fois par an. Vous êtes donc tenu de respecter la norme pour ne pas vous créer des problèmes légaux.

 

vous pourriez aussi aimer