Comment bien choisir ses semences fourragères ?

L’agriculture est un secteur dense et complexe. C’est pourquoi, il ne convient pas de s’y aventurer sans certaines connaissances et capacités. Pour un meilleur rendement, il est primordial de connaître certaines techniques et pratiques. En ce qui concerne l’acquisition des semences pour prairies, vous devez garder à l’esprit qu’il s’agit d’une tâche ardue dont vous devrez y investir du temps, de l’énergie et de l’argent. Généralement, les prairies sont implantées pour de nombreuses années. Si le choix des semences fourragères est mal effectué, il y aura des répercussions sur plusieurs campagnes. Pour faire un bon choix des semences fourragères, il faut commencer par déterminer les espèces qu’il faut implanter. Cela ne s’arrête pas à ce niveau, il faut aussi songer aux variétés. Pour effectuer le bon choix, il faut prendre en compte certains critères et notions. 

Pérennité de la prairie

Pour effectuer un bon choix de vos semences fourragères, vous devez considérer certains critères, parmi lesquels, le temps pendant lequel vous souhaitez garder votre prairie. En effet, la prairie ne peut être installée que pour quelques mois ou pour quelques années. C’est pourquoi, les semences choisies doivent pouvoir s’adapter à la durée de production prévue. Les experts du domaine recommandent d’associer les semences ayant la même pérennité. Les graminées peuvent par exemple être associées aux légumineuses. Suivez ce lien pour tout achat ou informations sur les semences fourragères

A voir aussi : Pourquoi partir en croisière ?

Mode d’exploitation de la prairie

Les prairies sont généralement destinées au fauchage ou à être pâturées. Les deux opérations peuvent se faire sur la même prairie. Toutefois, il est mieux que l’une des deux domine et il est primordial de déterminer au préalable le mode d’exploitation. Au cas où vous envisageriez les deux, précisez celui qui devra dominer, et ce, au moment de choisir les semences en bonne santé. La ploïdie de variétés représente également un élément fondamental. Le RGI et le RGH diploïde conviennent bien aux prairies à faucher. Et le RGI et RGH tétraploïde sont adaptés aux prairies à pâturer. Le sorgho, la fléole et le trèfle violet font partie des meilleures espèces de fauche. Les espèces de pâture fondamentales sont la fétuque des prés, le trèfle blanc, etc. 

Contraintes pédoclimatiques

Toutes les espèces ne présentent pas la même résistance au froid, à l’abondance d’eau, à la chaleur de l’été, etc. Ainsi, les espèces de semences choisies doivent s’adapter au climat interne du sol de l’espace sur lequel elles seront installées. C’est pourquoi, il faut identifier le type de sol dont il s’agit, déterminer ses caractéristiques avant de choisir les variétés. Cela vous évitera de prendre des espèces inadaptées. La fétuque des prés et fléole résiste bien à l’excès d’eau, le sorgho et le moha quant à eux tolèrent bien la sécheresse estivale. 

Lire également : Quel est le meilleur site pour télécharger des films ?

Espèces pures ou mélange multi-espèces

Pour réussir le mélange prairial, il est important de limiter le nombre d’espèces et de variétés. La bonne combinaison se situe entre 2 et 5 espèces. Choisissez des semences et des variétés qui vont bien ensemble pour éviter que certaines semences n’étouffent d’autres. Les mélanges les plus recommandés par les spécialistes sont ceux des graminées et des légumineuses.

vous pourriez aussi aimer