Quel impôt pour quel salaire ?

6

Par rapport aux autres pays européens, l’impôt sur le revenu n’est ni faible ni élevé en Suisse. On peut même dire que le pays est assez bien positionné : selon l’étude de KPMG, qui compare les différents impôts sur le revenu dans 86 pays à travers le monde. Ces résultats représentent la charge fiscale de chaque pays, qui est le rapport entre le montant de l’impôt payé et le salaire brut.

Pour rappel, le taux d’imposition est le montant d’impôt à payer sur votre revenu ou le pourcentage d’impôt que vous devez payer. Dans la plupart des pays, il existe généralement des taux différents, en fonction de vos revenus (plus vous gagnez, plus le taux augmentera jusqu’à un certain plafond). La Suisse est l’un de ces pays (à l’exception d’un canton qui exerce une taxe linéaire), tout comme la France. Les chiffres que nous vous fournissons sont calculés sur la base des taux d’imposition les plus élevés en chaque pays, sans tenir compte d’exceptions (vers le bas et vers le haut).

A découvrir également : Quel taux imposition pour 2019 ?

Finalement, payons-nous plus d’impôts sur le revenu en Suisse qu’en France ou dans d’autres pays ? Quelle est la charge fiscale en Suisse par comparaison internationale et dans les cantons ? Réponse ci-dessous.

Le taux moyen d’imposition en Suisse est de 40%

Avec un taux d’imposition maximal de 40 % , la Suisse reste assez bien positionnée en Europe, tandis que les taux moyens d’imposition (basés sur l’analyse de 86 pays) dans le monde sont inférieurs à 30% (mais ce taux moyen inclut les pays où l’impôt sur le revenu est très faible ou pas d’impôt sur le revenu du tout comme les Bermudes, Kowait ou les Émirats arabes unis), ce qui abaisse la valeur moyenne.

A voir aussi : Quand comptabiliser une charge ?

Le taux d’imposition suisse de 40% correspond au taux moyen d’imposition sur le revenu d’un résident de la ville de Zurich.

Différences assez importantes en matière de fiscalité selon les cantons (et les communes)

En Suisse, la taxe est divisée en impôts fédéraux, cantonaux et locaux. Cependant, les taxes cantonales et municipales peuvent varier considérablement d’une ville à l’autre : par exemple, la charge fiscale la plus faible en Suisse est estimée à 20 % et la plus élevée à 43 %.

Les cantons suisses les plus attrayants en matière d’imposition des particuliers sont Zoug, Schwyz, Obwald, Appenzell Rhodes-Intérieures, Nidwald et Uri. Tous ont une charge fiscale inférieure à 30%. Pour information, le canton d’Uri, contrairement à tous les autres cantons, offre untaux d’imposition forfaitaire de 25,61 % : quel que soit votre revenu, votre taux d’imposition sera toujours le même, tandis que dans les autres cantons, votre revenu imposable augmentera votre revenu imposable plus élevé. C’est ce système qui est le plus utilisé en Europe.

Notez que les travailleurs étrangers qui sont à la source ne sont pas affectés par les différences fiscales entre les communes (voir la page « Impôts en Suisse : ne confondez pas l’impôt à la source et le barème fiscal à la source » pour plus d’informations)

Baisse de la charge fiscale par rapport à ses voisins européens

La charge fiscale maximale pour la Suisse est en fin de compte inférieure à celle des pays voisins :

  • France : 41%
  • Allemagne : 45%
  • Autriche : 50%
  • Royaume-Uni : 50%
  • Italie : 43%
  • Suisse : 40%

Cette étude permet ainsi de tourner la gorge en une rumeur constante selon laquelle nous payons moins d’impôts en Suisse qu’ailleurs (mais cela vaut pour les personnes ayant un statut spécial, impôts).

En outre, la question se pose souvent sur les différences entre la Suisse et la France, en particulier pour les travailleurs transfrontaliers (hors Genève, Zurich et canton d’Argovie, où les navetteurs transfrontaliers paient leurs impôts en Suisse) : Dans l’ensemble et en moyenne, le critère fiscal pour l’élection n’est pas déterminant (la charge fiscale entre les deux pays est identique). Ce qui change cependant, c’est les diverses déductions et les diverses modalités de réduction des impôts.

Consulter des liens et des publications externes

  • Étude UBS sur les prix et les salaires 2009 (format PDF) (voir section fiscalité)
  • Étude KPMG « Impôt sur le revenu des particuliers et taux de sécurité sociale 2010 (format PDF)
  • Section « Impôts en Suisse » sur le blog de DavidTalerman

vous pourriez aussi aimer